Sciences Po entrera dans Parcoursup en 2020

INTERVIEW – Le concours d’entrée en première année à Sciences Po est un gros enjeu pour les 6000 candidats qui postulent chaque année. La directrice des admissions fait le point sur la sélection, toujours aussi rude .

Les inscriptions au concours de Sciences Po ouvrent le 22 octobre. À cette occasion, Gabriela Rehorova, directrice des admissions de l’institut d’études politiques parisien, nous explique les modalités d’accès et les erreurs à ne pas commettre pour intégrer cette école qui a formé la plupart des hommes politiques. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, et Emmanuel Macron: ils ont tous étudié rue Saint-Guillaume à Paris. Elle annonce aussi l’entrée de Sciences Po dans Parcoursup en 2020.

Gabriela Rehorova

» LIRE AUSSI – Parcoursup 2019: mode d’emploi, dates, inscriptions… toutes les infos

Le Figaro – Comment se passe aujourd’hui la sélection en première année à Sciences Po?

Gabriela Rehorova – Nous avons trois procédures d’admissions: la majorité des candidats passe par la voie destinée aux bacheliers français. Ils sont environ 6000 candidats chaque année à passer par cette procédure qui comprend une étude de dossier scolaire, un examen écrit et un oral. En tout, ces candidats représentaient la moitié des 1.600 admis en 2018. Et parmi eux, les 10% des dossiers scolaires les plus brillants sont chaque année exemptés d’examen écrit.

Nous avons également une procédure appelée «Convention éducation prioritaire (CEP)», qui nous permet de diversifier nos profils d’étudiants en recrutant dans des lycées relevant de l’éducation prioritaire. Sciences Po a 106 lycées partenaires partout en France, qui sélectionnent eux-mêmes leurs élèves les plus à même d’intégrer nos programmes. Ces candidats n’ont pas d’examens écrits mais un oral de motivation. L’an dernier, ils étaient 160 à intégrer l’école par cette voie.

Enfin, nous avons une procédure pour les élèves étrangers ou ceux ayant obtenu leur bac à l’étranger. Eux sont admis sur étude de dossier et entretien oral.

«Nous ne cautionnons aucune classe préparatoire au concours de Sciences Po»Gabriela Rehorova, directrice des admissions de Sciences Po

La notation des dossiers (A, B ou C) peut paraître un peu floue aux yeux des candidats. Quels sont vos critères?

Nous regardons absolument tout, et dans les détails: les notes, les appréciations, la place selon la moyenne de la classe, la note la plus haute et la note la plus basse. Nous prenons aussi en compte les résultats au bac français et ceux obtenus aux concours nationaux et internationaux. Enfin, nous regardons les engagements, associatifs ou autres. Nous n’avons pas d’algorithme, les 6.000 dossiers sont épluchés «à la main». Pour ce faire, nous avons un vivier d’évaluateurs, des gens de Sciences Po mais aussi des professeurs de lycée et de prépa que nous rémunérons spécialement pour cette tâche.

» LIRE AUSSI – Mon avis sur le concours de Sciences Po: «Les critères d’admission sur dossier sont flous»

Concernant l’associatif, est-ce qu’un engagement politique trop marqué peut être pénalisant?

Tout engagement nous intéresse, mais le candidat n’est pas obligé de nous dévoiler de quel bord politique il est. Malgré tout, nous respecterons évidemment sa liberté de choix et d’expression et ne retiendrons que la valeur de son engagement. Et quand nous sentons qu’un évaluateur n’est pas juste ou qu’il est impartial selon l’engagement associatif des candidats, il y a une harmonisation des dossiers derrière. Donc son avis personnel n’influera pas sur la décision finale.

«Le candidat n’est pas obligé de nous dévoiler de quel bord politique il est»Gabriela Rehorova

Comment gérer le problème d’égalité des chances lié aux classes préparatoires coûteuses que font la plupart des candidats? Est-ce que supprimer les écrits permettrait d’apporter plus d’équité dans la sélection?

Nous ne cautionnons aucune classe préparatoire au concours de Sciences Po. Elles ne vont pas du tout dans le sens de notre volonté de diversifier les candidats. Nous sommes en train d’entamer un chantier de réflexion autour de notre mode de recrutement, que nous souhaitons harmoniser et simplifier. Cette question de l’égalité des chances et de la suppression de l’épreuve écrite va être posée, mais nous n’avons pas de réponse pour l’instant.

Depuis cette année, il n’y a plus d’épreuves écrites à l’entrée en master à Sciences Po pour «renforcer la diversité des profils». Est-ce que cette mesure peut vous donner des idées pour le concours de première année?

Nous avons effectivement d’excellents étudiants qui nous arrivent en master sans passer par l’écrit. Mais encore une fois, nous verrons plus tard si nous l’étendons au concours d’admission en première année.

«Il n’y a pas de «classes CEP» à Sciences Po» Gabriela Rehorova

Un étudiant sur dix l’an dernier était arrivé par le biais de la convention éducation prioritaire. Leur intégration dans l’école se fait-elle naturellement? Leurs résultats sont-ils satisfaisants?

Ces jeunes bénéficient dès leur arrivée d’un accompagnement particulier. Ils ont d’abord un parcours de remise à niveau, puis sont suivis individuellement au cours de la première année. Les premiers mois sont souvent un peu difficiles car ces jeunes ne viennent pas du même univers que les autres, qui sont ultra-préparés pour intégrer l’école. Mais nous constatons qu’à leur sortie de l’école après les cinq années, ils ont des parcours similaires. Par ailleurs, ils s’intègrent très facilement dans leurs promotions et ne sont évidemment pas catalogués comme tels par les autres étudiants. Il n’y a pas de «classes CEP» à Sciences Po.

Allez-vous intégrer Parcoursup, la nouvelle plate-forme d’accès à l’enseignement supérieur?

Nous avons eu droit à une dérogation spéciale pour ne pas être sur Parcoursup à la rentrée 2019. Mais la loi nous obligera à y rentrer en 2020. Cela tombe bien, c’est précisément pour cette rentrée-là que nous nous posons la question de la réforme de nos méthodes d’admission. Est-ce que Parcoursup va réellement changer quelque chose pour nous? Nous n’en avons aujourd’hui aucune idée.

Quel conseil donnez-vous aux étudiants qui se préparent dès maintenant à passer le concours pour la rentrée prochaine?

Inscrivez-vous dès le 22 octobre, jour de l’ouverture de la procédure. Ensuite, ne faites pas votre dossier au dernier moment ou trop rapidement: ça se voit. Nous ferons régulièrement des Facebook Live selon les échéances du calendrier, donc n’hésitez pas à nous suivre. Enfin, lisez les journaux, toute l’année: culture, international, économie, politique… Soyez curieux de tout car l’entretien oral est une discussion qui peut aborder des sujets très variés.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/sciences-po-entrera-dans-parcoursup-en-2020_230cd0c0-d205-11e8-81a3-d8f987bd6afe/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

100 millions d’euros : Sciences Po lance la plus grande levée de fonds de son histoire

Présidée par Alexandre Bompard, PDG de Carrefour et ancien élève, cette campagne de levée de fonds auprès de particuliers et d’entreprises, qui s’achèvera en 2022, aura notamment pour but de financer un nouveau campus à Paris.

C’est une grande révolution pour l’institut d’études politiques de Paris! Sciences Po vient en effet de lancer une campagne de levée de fonds de 100 millions d’euros auprès de particuliers et d’entreprises pour «se réinventer pour les prochaines années». Cette campagne, la plus importante jamais menée par l’école, prendra fin en 2022 et sera présidée par l’un de ses illustres anciens élèves, Alexandre Bompard, le PDG de Carrefour. Cette somme devrait permettre de bâtir le nouveau «campus de l’Artillerie» à Paris, d’élargir les partenariats avec des établissements scientifiques ou d’ancrer sa présence à l’international, et notamment en Afrique.

» LIRE AUSSI – Sciences Po est toujours la meilleure porte d’entrée à l’ENA

D’après son communiqué, l’école de la rue Saint-Guillaume dit avoir d’ores et déjà «sécurisé 47 millions d’euros» avant même le lancement officiel de la levée de fonds. L’école rappelle également qu’elle peut s’appuyer sur «une longue tradition de mécénat». Entre 2008 et 2013, 40 millions d’euros avaient déjà été levés par Sciences Po, et le mécénat représente 9% du budget total pour 2018, contre 37% pour les dotations publiques par exemple.

«Nous devons nous transformer au rythme d’un monde en mutation accélérée pour former celles et ceux qui en seront demain les acteurs», a réagi Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po. De son côté, Alexandre Bompard s’est dit «fier et heureux» d’accompagner l’école dans cette campagne. «J’ai choisi de m’engager aux côtés de cette école qui m’est chère car je suis convaincu que le programme de transformation engagé par Frédéric Mion place Sciences Po au cœur du monde de demain et la positionne comme un leader de l’enseignement supérieur dans le monde», a-t-il poursuivi.

Développement en Afrique

Concrètement, la levée de fonds devrait servir à bâtir un nouveau campus sur le site de l’hôtel de l’Artillerie, dans le 7ème arrondissement de Paris. Anciennement propriété du ministère de la Défense, celui-ci a été racheté en 2016 par l’école parisienne et devrait ouvrir ses portes en 2021. Sciences Po veut faire de cet espace de 22.000 m² acheté 93 millions d’euros «l’une des plus belles ruches universitaires du monde». Pour cela, il devrait y investir 190 millions d’euros.

» LIRE AUSS – Mon avis sur le concours de Sciences Po: «Les critères d’admission sur dossier sont flous»

D’après l’école, les autres ambitions de cette levée de fonds sont de poursuivre l’accueil de publics «traditionnellement éloignés de l’université», comme les lycéens des milieux défavorisés, ou de réaffirmer son ancrage dans le monde, et notamment en Afrique où Sciences Po a ouvert un premier bureau à Nairobi (Kenya) cette année. Enfin, l’école souhaite s’ouvrir d’avantage aux sciences dures, en poursuivant ses partenariats avec des établissements leaders dans ces domaines.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/100-millions-d-euros-sciences-po-lance-la-plus-grande-levee-de-fonds-de-son-histoire_095255b4-caef-11e8-896c-7d05c73a49da/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O