Biodiversité, deux nouvelles stratégies de la Commission européenne

Biodiversité, deux nouvelles stratégies de la Commission européenne device height
maximum-scale = 1.0 retains dimensions instead of zooming in if page width <!–

–><!—->
<!–

–><!– –><!—-><!—->

Conformément au pacte vert pour l’Europe, ces deux nouvelles stratégies, l’une globale en faveur de la biodiversité visant à ramener la nature dans nos vies et la seconde « De la ferme à la table » visant à mettre en place un système alimentaire juste, sain et respectueux de l’environnement doivent permettre de construire conjointement un avenir compétitivement durable.

La crise provoquée par la pandémie de COVID-19 a mis en évidence notre vulnérabilité due à l’appauvrissement croissant de la biodiversité et démontré l’importance cruciale d’un système alimentaire efficace pour notre société, le citoyen se trouve au cœur de leur action avec ces nouvelles stratégies qui s’engagent :

- à renforcer la protection des superficies terrestres et marines en restaurant les écosystèmes dégradés

- à faire de l’UE le chef de file sur la scène internationale en ce qui concerne tant la protection de la biodiversité que l’instauration d’une chaîne alimentaire durable.

La nouvelle stratégie en faveur de la biodiversité s’attaque aux principaux facteurs de l’appauvrissement de la biodiversité, tels que :

- l’utilisation non durable des terres et des mers,

- la surexploitation des ressources naturelles,

- la pollution,

- les espèces exotiques envahissantes.

Adoptée en pleine pandémie de COVID-19, la stratégie constitue un élément central du plan de relance de l’UE, dans la mesure où elle est essentielle pour prévenir l’apparition de futures épidémies et renforcer notre résilience face à de telles maladies, de même que pour offrir des perspectives commerciales et des possibilités d’investissement immédiates afin de relancer l’économie de l’UE.

Elle vise également à intégrer pleinement les considérations liées à la biodiversité dans la stratégie globale de l’UE en faveur de la croissance économique en proposant notamment d’établir des objectifs contraignants afin de :

- restaurer les écosystèmes et les cours d’eau dégradés,

- contribuer au bon état des habitats et des espèces protégés de l’UE,

- ramener les pollinisateurs sur les terres agricoles,

- réduire la pollution,

- rendre nos villes plus écologiques,

- renforcer l’agriculture biologique et d’autres pratiques agricoles respectueuses de la biodiversité

- d’améliorer la santé des forêts européennes

La stratégie met en avant des mesures concrètes pour mettre la biodiversité de l’Europe sur la voie du rétablissement d’ici 2030, notamment :

- en transformant au moins 30 % des terres et des mers européennes en zones protégées gérées de manière efficace,

- en faisant en sorte qu’au moins 10 % de la surface agricole consiste en des particularités topographiques à haute diversité biologique.

Un financement de 20 milliards € par an sera débloqué en faveur de la biodiversité au moyen de diverses sources, y compris des fonds de l’UE et des financements nationaux et privés.

« De la ferme à la table » permettra d’assurer la transition vers un système alimentaire durable de l’UE garantissant la sécurité alimentaire et l’accès à des régimes alimentaires sains issus d’une planète en bonne santé permettant de :

- réduire l’empreinte environnementale et climatique du système alimentaire de l’UE,

- renforcer sa résilience en protégeant la santé des citoyens et en garantissant les moyens de subsistance des opérateurs économiques.

La stratégie fixe des objectifs concrets pour transformer le système alimentaire de l’UE, incluant une réduction de :

- 50 % de l’utilisation des pesticides et des risques qui leur sont associés,

- 20 % au moins de l’utilisation de fertilisants,

- 50 % des ventes d’antimicrobiens utilisés pour les élevages et l’aquaculture,

et l’exploitation de 25 % des terres agricoles en agriculture biologique.

Elle propose également des mesures ambitieuses pour faire en sorte que le choix d’une alimentation saine soit aussi le choix le plus simple pour les citoyens de l’UE, notamment en améliorant l’étiquetage afin de mieux répondre aux besoins d’information des consommateurs sur des aliments sains et durables.

En savoir encore plus…