Le point sur le mouvement social

Le point sur le mouvement social<!– –><!—-><!– –><!– –> //
<!—-><!—->

Afin d’apporter des réponses aux employeurs et salariés sur l’exercice du droit de grève pour une durée indéterminée, le ministère du travail vous invite à consulter les différents points suivants :

  • Un salarié qui n’est pas gréviste doit par conséquent travailler, le salarié qui ne peut pas se rendre sur son lieu de travail peut prendre un jour de congés, de récupération du temps de travail (RTT), en accord avec l’employeur, si ses fonctions le lui permettent, il peut aussi télétravailler, là-encore, en accord avec son employeur.
  • Accès au lieu de travail, l’employeur peut y aider, l’employeur peut proposer des solutions pour faciliter l’accès sur le lieu de travail, en décidant de mettre en place un système de navette ou par une application facilitant le covoiturage entre salariés.
  • En cas de retards ou d’absences causés par le mouvement de grève, le salarié ne peut pas faire l’objet de sanctions disciplinaires. L’employeur pourra en revanche procéder à une retenue sur salaire, strictement proportionnelle à la durée de l’absence. Il peut également être décidé que les heures non travaillées seront récupérées à la fin du mouvement de grève.
  • Retards, absences : informer son employeur, un salarié doit informer de son retard ou de son absence son employeur, par tout moyen (SMS, courriel, appel). Il doit aussi pouvoir justifier ce retard ou cette absence, par la consultation des sites des transporteurs publics par exemple. A noter : Des entreprises peuvent avoir décidé de fermer leurs portes pour la journée de grève, en proposant un « jour off « . Dans ce cas, rien n’oblige l’employeur à en faire bénéficier les salariés qui sont déjà en congé ce jour-là.
  • Durant la grève, il est possible de mettre en œuvre le télétravail
  • les fonctions du salarié doivent pouvoir s’exercer en télétravail ;
  • la mise en place le télétravail par un simple accord entre employeur et salarié suffit, celui-ci peut être formalisé par courriel, SMS, lettre ;
  • l’employeur n’est pas tenu de répondre favorablement à une demande de télétravail de la part du salarié ;
  • si le salarié bénéficie déjà d’un jour de télétravail, si ce jour de télétravail ne correspond pas au jour de grève, un accord entre employeur et salarié est là aussi nécessaire.