La santé des adolescents, le point avec vie-publique.fr

La santé des adolescents, le point avec vie-publique.fr<!– –><!—-><!– –><!– –> //
<!—-><!—->

Vie-publique.fr vous invite à découvrir les résultats de l’enquête nationale menée par la Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques – Drees auprès de 7 200 élèves de troisième entre 2016 et 2017.

Si cette enquête a permis de faire apparaître que les adolescents français étaient globalement en meilleure santé qu’il y a dix ans, elle a également fait apparaître que de plus en plus de jeunes, notamment dans les milieux les plus modestes, se trouvaient en surpoids.

Ainsi parmi les adolescents en classe de troisième :

  • en 2017, 8% étaient en surcharge pondérale et 5,2% étaient obèses ;
  • en 2009, 17% étaient en surcharge pondérale et 3,8% étaient obèses.

Ce phénomène a été observé d’abord auprès des filles, 20% puis des garçons, 17%.

En raison notamment d’une attirance plus marquée pour les réseaux sociaux, les filles passaient au moins 4 heures par jour par semaine devant leur écran et les garçons 3 heures ; le week-end, la moitié des adolescents ont alors déclaré passer au moins 6 heures devant un écran.

Près de 7 jeunes sur 10 ont déclaré pratiquer un sport en dehors de l’école, les garçons plus que les filles, 81% contre 67%.

Si en 2017, les collégiens étaient 63% à prendre un petit déjeuner tous les jours, ce pourcentage a baissé par rapport à 2009, 68%.

En revanche, la santé bucco-dentaire est apparue en nette amélioration, 68% des adolescents n’ont pas de caries, contre 56% en 2009.

L’étude de la Drees souligne la persistance d’inégalités sociales en matière de santé, en 2017, 24% des adolescents qui se trouvaient en surcharge pondérale et 8% qui étaient obèses soit 1 sur 4 parmi les enfants d’ouvriers contre 1 sur 9 parmi les enfants de cadres.

Les jeunes issus de familles modestes sont, en effet, plus exposés à des habitudes de vie favorisant le surpoids, par exemple :

  • ces enfants sont 2 fois moins nombreux à prendre un petit déjeuner tous les matins,
  • 81% des enfants d’ouvriers disent passer plus de 2 heures par jour devant un écran, contre 61% des enfants de cadres.
  • et la pratique d’un sport est aussi moins fréquente chez les enfants d’ouvriers, 63% que chez les enfants de cadres, 84%.

Ce constat s’applique également à la santé visuelle et bucco-dentaire :

  • 10% des enfants d’ouvriers ont un trouble de la vision non corrigé, contre 3% des enfants de cadres
  • 77% des enfants de cadres n’ont aucune carie, contre seulement 59% des enfants d’ouvriers.

Vous pouvez consulter et télécharger ces données dès maintenant sur le site du ministère des solidarités et de la santé.

En savoir plus…