G7 des ministres de l’intérieur

G7 des ministres de l’intérieur<!– –><!—-><!– –><!– –> //
<!—-><!—->

Le G7 des ministres de l’Intérieur a donc en outre réuni les ministres de l’Intérieur de France, d’Allemagne, du Royaume Uni, d’Italie, des États-Unis, du Canada, et du Japon, ainsi que le Commissaire européen aux affaires intérieures, le Coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme et le Secrétaire général d’Interpol.

Les enjeux de la lutte contre les réseaux de passeurs et la traite des êtres humains, en particulier au Sahel, en présence des ministres de l’Intérieur du Niger et du Burkina Faso, les ministres du G7 ont ainsi été évoqué ; faisant le constat qu’un appui des pays du G7 aux pays d’origine et de transit des migrants était nécessaire pour pouvoir lutter efficacement contre les réseaux de passeurs.

Cela passe notamment par un soutien au renforcement des dispositifs législatifs mais aussi par un renforcement des capacités des forces de sécurité intérieure et de contrôle des frontières, ainsi que des capacités judiciaires.

Pour épargner des vies en mer, un appui aux garde-côtes des pays de la rive sud de la Méditerranée est également essentiel.

Enfin, les ministres ont insisté sur l’importance d’accords de réadmission avec les pays d’origine comme facteur dissuasif de l’immigration irrégulière.

En présence du Directeur général de la Sécurité intérieure, Nicolas Lerner, les ministres ont procédé une évaluation de l’état de la menace pesant sur les pays du G7. Ils ont évoqué la menace terroriste, qui reste prégnante, mais aussi l’ingérence de puissances étrangères dans le fonctionnement démocratique des pays du G7, ou encore la cybercriminalité.

Les ministres ont évoqué ensuite les enjeux de la lutte contre l’utilisation d’internet à des fins terroristes, à l’aune de l’attentat de Christchurch du 15 mars 2019, qui a donné lieu à une vaste diffusion d’images terroristes en ligne. Ils ont souligné la nécessité pour les entreprises de l’Internet de :

  • retirer sous une heure les contenus terroristes signalés ou identifiés par leurs soins ;
  • marquer les contenus identifiés comme terroristes et bloquer par la suite pro-activement leur remise en ligne ;
  •  promouvoir des contenus alternatifs positifs.

Dans le cadre d’une discussion élargie aux représentants de sociétés de l’Internet (Facebook, Twitter, Google, Microsoft), ces derniers sont convenus avec les ministres qu’une régulation de l’internet est nécessaire, comme l’a proposé le PDG de Facebook Mark Zuckerberg dans sa tribune publiée le 29 mars. Les représentants des sociétés de l’Internet ont tous exprimé une attente vis-à-vis de gouvernements pour cette régulation.

A cet égard, la France appuie l’adoption d’un projet de législation européenne pour assurer le retrait de contenus terroristes en ligne, qui est actuellement en discussion au Parlement européen. Au niveau national, une proposition de loi concernant les contenus haineux doit par ailleurs être examinée prochainement.

Dans un format restreint, les ministres de l’Intérieur du G7 ont également partagé leurs vues, nuancées, sur la gestion des combattants terroristes étrangers et leurs familles. Tous ont souligné la nécessité de tout mettre en œuvre pour empêcher une éventuelle dispersion des combattants terroristes étrangers et de leurs familles et de veiller à ce qu’ils puissent bien être jugés et condamnés le cas échéant.

La majorité des membres du G7 privilégie à cet égard que les jugements prononcés et les peines de prison purgées le soient dans la région.

Enfin, les ministres ont évoqué les enjeux de la lutte contre la criminalité environnementale, dans le contexte où la protection de la planète sera au cœur du Sommet de Biarritz.

En savoir encore plus..

Source: http://www.jeunes.gouv.fr/actualites/agenda/article/g7-des-ministres-de-l-interieur
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O