Avec la réforme du lycée, le grand flou de la spécialité mathématiques

Dès la rentrée 2019 pour les élèves de première, les mathématiques figureront dans le programme en tant que spécialité, et non dans le tronc commun. Cette décision suscite des inquiétudes chez les professeurs et les élèves.

C’est l’un des gros chamboulements prévu par la réforme du lycée. En vigueur dès la rentrée prochaine pour les élèves de première, celle-ci prévoit de remplacer les trois filières, S, ES, et S, par un tronc commun à dominante littéraire, et de reléguer les mathématiques au rang de spécialité. Les élèves pourront en choisir trois en première, puis deux en terminale. Cette mesure, censée favoriser une formation «à la carte», suscite en ce moment une vague d’interrogations chez les professeurs, les élèves et leurs parents.

» LIRE AUSSI – Réforme du bac: les lycéens doivent choisir leurs spécialités

Renoncer ou non aux maths, un dilemme cornélien

Le niveau de difficulté la future spécialité mathématiques devrait se rapprocher de l’actuelle filière S. Une décision qui laisse certains enseignants circonspects. «Je crains que les élèves ne soient pas prêts, explique Rémi Chautard, professeur de mathématiques en Seine-Saint-Denis. Pour ceux qui auraient plutôt le «niveau ES» en maths, le programme sera plus dur et cela risque d’entraîner une autocensure, et pour les plus scientifiques, le niveau va baisser. En un sens, tout le monde y perd son intérêt.»

«Le problème, c’est que trop d’élèves au lycée sont fâchés avec les maths. Cette spécialité mathématiques ne risque pas de réconcilier ceux qui se seraient orientés vers une filière ES, qui ont besoin des maths sans être très scientifiques», confirme Alexis Torchet, secrétaire national du Sgen-Cfdt. Certains professeurs suggèrent d’instaurer des classes de niveau, mais cela pourrait contribuer à recréer la situation actuelle avec des filières.

» LIRE AUSSI – Réforme du bac: un «grand oral» et quatre épreuves écrites

Lycéens et parents inquiets

Les lycéens ne cachent pas non plus leur inquiétude. «Est-ce que refuser les maths peut fermer des portes?», interrogeait une élève de Seconde, lors d’une réunion organisée il y a quelques jours au lycée parisien Montaigne. Et du côté des parents, les questions fusent: «Quels seront les attendus des facs de sciences économiques sur les mathématiques?», «Est-ce que mon enfant pourra choisir l’option maths complémentaires en terminale s’il n’a pas suivi la spécialité maths en première?»…

Pour Antoine, père d’une élève de seconde, «Le choix est très compliqué pour des élèves qui ont un dossier équilibré et pas une matière de prédilection.» Les professeurs suggèrent à sa fille d’arrêter les mathématiques, mais il craint que «cela lui porte préjudice plus tard». La mère d’une élève de seconde dans un lycée parisien, explique que cette matière aurait dû être intégrée au tronc commun, avec une spécialité en plus pour ceux qui le souhaitent.

De «fausses mathématiques» dans le tronc commun

Pour répondre aux inquiétudes grandissantes, le ministère de l’Éducation nationale fait bien valoir la présence d’un «enseignement scientifique» dans le tronc commun, à raison de deux heures par semaine. Mais la mesure peine à convaincre. «Cela me donne un peu l’impression d’une culture de comptoir, on s’éloigne d’une véritable expertise pour faire davantage de l’histoire des sciences», confie encore Rémi Chautard, qui évoque le terme de «fausses mathématiques». Selon Alexis Torchet, cet enseignement scientifique a pour but de «montrer que la science a une histoire, et qu’elle n’est pas une opinion». Baptisé «humanités scientifiques et numériques», ce module avait suscité l’indignation de professeurs de sciences, des maths à la physique-chmie en passant par l’SVT. Le gouvernement a changé son nom, et tente d’en renforcer l’aspect scientifique.

Du contenu précis des enseignements à l’agencement des emplois du temps, nombre de points restent à éclaircir avant la rentrée prochaine. Le 11 mars prochain, le conseil supérieur des programmes lancera une consultation sur ces derniers.

À VOIR AUSSI – Bac 2021: faut-il le craindre?

Bac 2021 : faut-il vraiment le craindre ? – Regarder sur Figaro Live

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/avec-la-reforme-du-lycee-le-grand-flou-de-la-specialite-mathematiques_3bfae506-2ac8-11e9-a5ea-1a5073519f6d/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O