Formation : l’AFPA contrainte à s’adapter ou à disparaître par la Cour des comptes

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes exhorte l’agence pour la formation des adultes à engager, « sans délai », « une restructuration de grande ampleur ».

Par Bertrand Bissuel Publié aujourd’hui à 10h39, mis à jour à 10h40

Temps de Lecture 2 min.

En butte à de très graves difficultés financières, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) se retrouve face à un choix très simple : soit « elle évolue en profondeur », soit « elle est vouée à disparaître ». Voilà le constat sans appel que dresse la Cour des comptes, dans son rapport annuel publié mercredi 6 février. La haute juridiction estime, en effet, qu’« une restructuration de grande ampleur, à mener sans délai, (…) est indispensable pour redresser la situation » de cet établissement public, qui emploie environ 8 000 personnes et affiche « une perte d’exploitation cumulée » de près de 508 millions d’euros entre 2013 et 2017.

En 2017, les deux tiers des chômeurs ayant effectué un stage à l’AFPA ont décroché un emploi « au cours des six mois suivants ».

Une telle déconfiture est difficile à admettre pour « un opérateur de référence » comme l’AFPA. Celle-ci peut se prévaloir d’un « savoir-faire dans le domaine pédagogique » qui est reconnu et elle dispose d’un réseau de « plateaux techniques » à travers le territoire sans équivalent. Ses performances en matière d’insertion professionnelle sont au-dessus de la moyenne : ainsi, en 2017, les deux tiers des chômeurs ayant effectué un stage à l’AFPA ont décroché un emploi « au cours des six mois suivants ». De surcroît, elle « joue un rôle important dans la formation des moins qualifiés » et anime un programme d’accompagnement en faveur de réfugiés qui produit des résultats très intéressants.

Malgré tous ces atouts, l’agence est sur la pente du déclin depuis une dizaine d’années. Deux facteurs essentiels ont pesé : l’ouverture à la concurrence de la formation professionnelle et le transfert aux régions des compétences sur cette thématique. Pour l’AFPA, cette redistribution des cartes s’est traduite par une baisse des commandes qui lui sont adressées. Dans le même temps, sa « compétitivité » s’est érodée, du fait de « coûts de structure trop élevés ». Les dépenses de personnel représentaient 62 % des charges d’exploitation en moyenne, sur la période 2013-2017. Un poids lié à la présence de nombreux cadres dans les effectifs (33 %, soit presque vingt points de plus que la moyenne calculée dans les autres organismes de formation professionnelle).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Budget : l’avertissement de la Cour des comptes

Des « défaillances » dans son « organisation »

La direction a tenté de corriger le tir, avec l’aide des pouvoirs publics, en engageant une « refondation » en 2012. Sans succès. Ce qui démontre « une incapacité à s’adapter ». L’AFPA est responsable de cet état de fait, avec des « défaillances » dans son « organisation » qui n’ont pas été traitées. Mais l’État n’est pas exempt de reproches puisque son action s’est bornée, durant des années, à renflouer l’AFPA en injectant des dizaines de millions d’euros, sans fixer de cap clair, aux yeux de la Cour.

« Après une décennie d’atermoiements coûteux », un « plan de transformation » a « enfin » été présenté en octobre 2018. Il prévoit, à ce stade, la suppression de 1 540 emplois et la création de 600 postes ainsi que la fermeture d’une quarantaine de sites. L’offre de services sera renouvelée, tout en restant concentrée sur le cœur de métier de l’établissement : les publics éloignés de l’emploi et ceux qui évoluent vers d’autres horizons professionnels. En dépit de ces mesures, que la Cour approuve, « l’avenir de l’AFPA est loin d’être assuré », d’autant que son chiffre d’affaires va continuer de décroître, à court terme. Il lui appartiendra donc de « revoir [son] modèle économique, pour le rendre compétitif » et de « restaurer [sa] rentabilité ».

De son côté, l’État devra « pleinement assumer son rôle de tutelle en accompagnant » la mutation de l’agence. Toute nouvelle aide financière qu’il lui accordera devra être conditionnée « à des objectifs précis de résultat financier » : s’ils ne sont pas atteints, « la fermeture » de l’opérateur sera à envisager, pour les magistrats de la rue Cambon. Difficile d’être plus clair.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fraude au travail détaché : la Cour des comptes appelle à une plus grande fermeté

Retrouvez tous nos contenus sur le dernier rapport de la Cour des comptes

Bertrand Bissuel

Source: https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/06/formation-l-afpa-contrainte-a-s-adapter-ou-a-disparaitre-selon-la-cour-des-comptes_5419932_823448.html
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

a