Franck Bournois (ESCP) : « Notre bachelor n’est pas moins sélectif que nos autres programmes  »

Lancé en 2015, le bachelor de l’ESCP Europe fait déjà figure de référence. Le programme est disponible sur cinq des campus européens de l’école. Et des partenariats ont été signés avec des grandes universités américaines.

L’ESCP Europe, l’une des trois meilleures écoles de commerce françaises, a aussi son bachelor en trois ans. Lancé en septembre 2015 sur le campus de Londres, il est à présent également ouvert à Paris, Turin, Madrid et Berlin. Il devrait même être ouvert sur le campus de Varsovie dans les années à venir. Franck Bournois, directeur général de l’ESCP Europe, livre ses ambitions pour ce jeune programme, déjà incontournable.
» LIRE AUSSI – Classement des meilleures écoles de commerce

LE FIGARO. – Alors que les meilleures écoles de commerce françaises ont toutes lancé leur bachelor en quatre ans pour se calquer sur le modèle américain, vous avez décidé de prendre le contre-pied en lançant un bachelor en trois ans. Pour quelles raisons?

Franck BOURNOIS.– Nous sommes très attachés au bachelor en trois ans. Il a été construit dans l’esprit du processus de Bologne, qui a instauré le format licence-master-doctorat en Europe. Je ne vois pas quel aurait été l’intérêt pour nous d’aller copier le système américain.

Vos diplômés qui souhaitent poursuivre en master aux États-Unis ou en Chine ne sont-ils pas pénalisés?

Absolument pas. Notre bachelor ne leur ferme aucune porte, bien au contraire. Sur notre première promotion de diplômés, plusieurs poursuivent actuellement un master en Chine ou aux États-Unis. Grâce à notre réputation, nous avons négocié des partenariats avec les plus grandes universités américaines: Princeton, Stanford, Columbia. Nous avons également des partenariats à Singapour ou Hongkong.

Depuis l’an dernier, les étudiants de votre bachelor peuvent, dès la première année, suivre le cursus en Chine. Souhaitez-vous ouvrir d’autres destinations?

Oui, nous avons un partenariat avec l’université Tsinghua de Pékin. Le contenu académique est le même, mais les cours sont dispensés par des professeurs chinois. Cela permet d’enseigner des cours de management en les remettant dans un contexte chinois. Ce qui est une énorme valeur ajoutée. En effet, l’ESCP Europe n’a pas vocation à ne former que des Européens qui vont étudier et travailler en Europe. Nous souhaitons nous ouvrir aux autres continents. Nous avons déjà eu plusieurs propositions d’institutions qui souhaitent s’associer avec nous pour ouvrir notre bachelor ailleurs, nous sommes en train de les étudier.

« L’ESCP Europe n’a pas vocation à ne former que des Européens qui vont étudier et travailler en Europe »Franck Bournois, directeur général de l’ESCP Europe

Pour un étudiant français, votre bachelor n’est-il pas un moyen plus simple d’intégrer votre école et de pouvoir revendiquer un diplôme ESCP Europe?

Notre bachelor n’est pas moins sélectif que nos autres programmes. Il n’est pas une voie de facilité mais une voie d’accélération. Pour les Français, la sélection est importante: 80 % des intégrés ont une mention bien ou très bien au bac. Sur 400 candidats l’an dernier, nous avons admis 95 élèves. Le programme étant entièrement dispensé en anglais, le niveau de langue des étudiants doit être excellent: ils doivent avoir au minimum 90 au Toefl. Le profil doit également être très international: ils vont faire trois pays différents en trois ans, il faut qu’ils en soient capables, ce qui n’est pas donné à tous les jeunes de 18 ans.

» LIRE AUSSI – Le classement des écoles de commerce

Comment se passe la sélection des étudiants étrangers?

Le recrutement se fait sur dossier et entretien oral. Nous regardons avec attention le dossier académique et la capacité de l’étudiant à évoluer dans un environnement international. En Chine, où nous ouvrons un nombre de places limité, nous avons mis en place un système un peu différent: nous sélectionnons les étudiants au sein des meilleurs lycées, avec lesquels nous avons des partenariats.

Que font aujourd’hui les diplômés de la première promotion du bachelor?

Sur les 47 diplômés, 40 % sont dans le monde du travail, mais souhaitent reprendre leurs études plus tard en master ou en MBA. Les autres ont poursuivi leur parcours, souvent en Europe, mais aussi, parfois, aux États-Unis ou en Chine. Nous avons par exemple des diplômés à Cambridge, Columbia, Bocconi, l’Essec, Sciences Po Paris ou encore Dauphine.

En 2020, vous allez devoir recruter via le site d’orientation national Parcoursup. Comment vous préparez-vous?

Parcoursup est un excellent dispositif. Nos équipes s’y préparent sereinement. Au-delà de Parcoursup, ce que nous attendons beaucoup du ministère de l’Enseignement supérieur, c’est que des écoles comme la nôtre puissent enfin bénéficier du grade licence pour leur bachelor.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/franck-bournois-escp-notre-bachelor-n-est-pas-moins-selectif-que-nos-autres-programmes-_cee2137a-23d5-11e9-a262-40964c8f5d77/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O