Furieux, il gifle le professeur de sport qui avait confisqué le portable de son fils

L’homme en est venu aux mains pour protester contre la confiscation du téléphone de son fils en cours de sport. Il a été placé sous contrôle judiciaire en attendant de comparaître devant la justice.

Un père de famille s’en prend physiquement au professeur de sport de son fils. La scène s’est déroulée ce mardi dans un collège d’Uzès, dans le Gard (30). Pendant un cours de sport, l’enseignant décide de confisquer le téléphone portable d’un élève. Vexé, celui-ci fait appel à son père, qui s’emporte et gifle violemment le professeur.

» LIRE AUSSI – Les professeurs dénoncent l’abandon de leur hiérarchie avec le hashtag #pasdevague

Selon Midi Libre, l’enseignant serait blessé, et aurait probablement le tympan perforé. Le père de l’élève a été interpellé par les gendarmes puis mis en garde à vue, avant d’être placé sous contrôle judiciaire par le parquet de Nîmes, dans l’attente de sa comparution devant la justice. Depuis la rentrée scolaire 2018 et la modification de l’article L. 511-5 du code de l’éducation, l’usage des téléphones portables est interdit dans l’enceinte des écoles et des collèges.

» LIRE AUSSI –Téléphone portable au lycée: Jean-Michel Blanquer «encourage l’interdiction»

Parents complices

Au mois d’octobre, le mouvement #PasdeVague lancé par des enseignants sur Twitter a placé sous le feu des projecteurs les violences verbales et physiques subies par les enseignants de collège et de lycée, ainsi que le manque de soutien de la part de leur hiérarchie. En réaction, le gouvernement avait alors annoncé un «plan interministériel contre les violences scolaires», organisé autour de trois volets: la sécurisation des alentours des établissements, le traitement des élèves les plus difficiles, et la responsabilisation des parents d’élèves violents.

» LIRE AUSSI – Blanquer confirme une possible sanction des parents «complices» d’élèves violents

Ce jeudi, Jean-Michel Blanquer a annoncé que ce dernier volet pourrait bien englober la suspension des allocations pour les familles des élèves violents. «Il faut savoir faire la différence entre une famille dépassée par les événements (…) et des cas où des parents ont été complices d’une évolution violente des enfants», a-t-il déclaré à quelques journalistes, selon l’AFP. Cependant, rien n’est encore acté et le gouvernement doit encore choisir parmi les différentes pistes proposées par le rapport remis aux ministres de l’Éducation nationale, de l’Intérieur et de la Justice. Le plan contre les violences scolaires devrait être présenté au Conseil des ministres du 30 janvier.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/furieux-il-gifle-le-professeur-de-sport-qui-avait-confisque-le-portable-de-son-fils_9efe4872-157f-11e9-aaae-c83fe80d860c/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O