Les enfants en garde alternée sont plus riches que les autres

Le divorce est devenu une pratique si répandue qu’il a entraîné la banalisation d’un autre phénomène, encore parcellaire au début des années 2000 : la garde alternée. Cette pratique qui consiste à rester une semaine chez l’un des parents, et une semaine chez l’autre n’a été officialisée qu’en 2002, par la loi relative à l’autorité parentale. Mais elle concerne 2,7% des mineurs en 2016 (soit 400.000 enfants), et a doublé depuis 2010, souligne l’Insee dans une étude parue ce jeudi 10 janvier.

Pas étonnant : les enfants qui, auparavant restaient presque exclusivement à la garde de la mère, se partagent davantage entre les deux foyers – les papas étant (un peu) moins rétifs à prendre leur part de charge mentale.

4 m2 de plus

Ce qui est plus surprenant, c’est que les enfants dits « alternants » vivent dans des ménages plus aisés que la moyenne des foyers comptant des mineurs : 22.800 euros de niveau de vie par an, soit 1.800 euros de plus que les copains, dit l’Insee.

La proportion d’enfants pauvres est moitié moins importante (11% contre 22%) que chez l’ensemble des autres. Et un enfant alternant a plus de chances que ses parents soient propriétaires de leur logement, et moins de risques que ce logement soit un HLM.

Mieux : le périmètre qui leur est alloué est plus vaste.

« Le logement des enfants en résidence partagée compte 4 m2 de plus par personne en moyenne », confirme l’Insee.

C’est même 6 m2 de plus chez les familles monoparentales alternantes comparées autres monoparentales.

Le prix du mètre carré explique en partie que la région parisienne soit si peu adepte de la garde alternée, puisque « c’est dans les départements franciliens que cette proportion est la plus faible, en particulier en Seine-Saint-Denis », où cette pratique plus de deux fois plus rare qu’ailleurs. Et c’est aussi là qu’elle progresse le moins depuis 2010.

A l’inverse, les départements où le foncier est accessible (car ils ne comptent pas de grandes agglomérations) en sont adeptes : dans les Hautes-Alpes, les alternants représentent 4,4% des enfants. En Ariège, Corrèze et Dordogne, ils sont 4%. Avec une exception : les Dom-Tom, qui boudent cet usage comme un seul homme.

Appel à témoins – Vie alternée
Vous êtes séparé(e) et vos enfants sont en garde alternée. Vous avez pu constater que cette double-vie, entre les deux parents ou avec un(e) autre parent, leur a imposé un nouveau rythme particulier, a modifié, positivement ou négativement, les relations qu’ils entretiennent avec vous ou d’autres… N’hésitez pas à nous le raconter (mbertrand@nouvelobs.com).

Arnaud Gonzague
Source: http://www.nouvelobs.com/societe/20190110.OBS8293/les-enfants-en-garde-alternee-sont-plus-riches-que-les-autres.html?xtor=RSS-13
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O