Le gouvernement évoque la suspension des allocations pour les parents d’élèves violents

Un rapport qui sera remis aux ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Éducation nationale évoque la piste de la suspension des allocations familiales pour les parents d’enfants violents. Mais rien n’est encore acté.

Le plan d’action interministériel contre les violences scolaires, qui devrait être présenté dans les prochaines semaines, pourrait bien englober un volet sur la suspension des allocations pour les familles d’élèves violents. D’après des informations du Parisien que nous avons pu confirmer, certaines pistes évoquées dans le rapport qui sera remis aux ministres de l’Éducation nationale, de l’Intérieur et de la Justice concernent en effet ce coup de rabot sur les allocations. Mais à ce jour, le rapport n’est pas encore définitif, et il reviendra aux trois ministres de faire leurs arbitrages sur cette question. Impossible donc de dire si cette mesure se trouvera bien dans le «plan contre les violences scolaires», qui ne sera pas présenté avant le conseil des ministres du 30 janvier, même si «le sujet n’est tabou pour aucun des trois ministères» assure-t-on rue de Grenelle.

Pas de tabou

Le «plan contre les violences scolaires» comporte trois volets: «la sécurisation des alentours des établissements», le traitement des élèves les plus difficiles dits ‘poly-exclus’», et enfin la «responsabilisation des parents d’élèves violents». C’est au sein de ce troisième axe que seront présentées à Jean-Michel Blanquer, Nicole Belloubet et Christophe Castaner des mesures pour ajuster le versement des allocations familiales aux violences commises par les enfants, en fonction notamment du coût des dégradations commises. Ce plan avait été annoncé en grande pompe en octobre, après qu’un élève avait utilisé une arme factice pour faire pression sur une de ses professeurs.

» LIRE AUSSI – Interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie: Blanquer, choqué, rappelle le «contexte»

«Le rapport n’est pas finalisé, martèle-t-on au ministère de l’Éducation nationale. Les ministres n’ont pas encore arbitré les différentes pistes qui leur seront proposées.» Pour l’instant d’après la rue de Grenelle, il est d’ailleurs difficile de pronostiquer sur la validation, ou non, de cette mesure, même si «Jean-Michel Blanquer a toujours dit qu’il voulait que toutes les solutions lui soient présentées sans tabou».

«C’est le propre d’une mission interministérielle d’avoir des prismes différents sur une question et de trouver un compromis», conclut une autre source proche du dossier. «Si les parents ne se mobilisent pas auprès de leurs enfants, c’est difficile pour les établissements scolaires seuls de régler ces problèmes de violence, précise-t-on encore rue de Grenelle. Pour Jean-Michel Blanquer, ‘l’école de confiance’ doit passer par le dialogue et la cohésion entre familles et élèves.»

Loi Ciotti

Jean-Michel Blanquer lui-même avait évoqué, notamment sur Europe 1 en décembre, que cette mesure qui était donc déjà dans les tuyaux ne devait pas être appliquée n’importe comment. «Si vous avez une mère de famille seule avec quatre enfants et qui n’arrive pas à s’y prendre, là vous n’allez pas lui charger la barque, avait-il expliqué. En revanche, si vous avez un clan familial qui encourage l’élève à faire n’importe quoi et qui, en plus, prend la défense de l’élève contre les professeurs, là, il faut faire quelque chose».

» LIRE AUSSI – Au Havre, un garçon de 12 ans menace une principale adjointe avec une arme factice

Cette proposition de loi rappelle la contestée «loi Ciotti» qui avait été mise en place sous Nicolas Sarkozy en 2011, puis abrogée sous Hollande en janvier 2013. Pour lutter contre l’absentéisme scolaire, l’inspection d’académie sur signalement de chaque établissement pouvait alors exiger de la Caisse d’allocations familiales (CAF) la suspension partielle des allocations.

« Stylos rouges » : et maintenant, les profs ? – Regarder sur Figaro Live

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/le-gouvernement-evoque-la-suspension-des-allocations-pour-les-parents-d-eleves-violents_46d5f554-14b8-11e9-aaae-c83fe80d860c/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O