Des élèves prennent des photos sous la jupe de leur prof: l’enseignante porte plainte

Les élèves d’un collège du Tarn-et-Garonne sont soupçonnés d’avoir, à plusieurs reprises avant les fêtes de fin d’année, pris des photos de leur enseignante sous sa jupe.

Elle a décidé de ne pas laisser passer ça. Hélène, professeur d’anglais de 47 ans au collège Pierre-Darasse, à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne, a décidé de porter plainte contre ses élèves. La raison? Ces derniers sont soupçonnés d’avoir pris des photos d’elle à plusieurs reprises dans la classe, notamment sous sa jupe. Selon elle, les événements se sont déroulés avant les fêtes de fin d’année.

«Des gros plans sur mes fesses avec le doigt d’honneur devant»

Interrogée sur France Bleu Occitanie, l’enseignante raconte: «J’ai été vraiment déstabilisée. J’ai pensé (…) que les élèves avaient pris un cliché une fois à mon insu. Mais non, quand je suis allée voir la gendarmerie, ça s’est fait sur plusieurs jours. Je n’étais même pas en jupe mais en pantalon, des gros plans sur mes fesses avec le doigt d’honneur devant», a-t-elle témoigné.

» LIRE AUSSI – Les professeurs dénoncent l’abandon de leur hiérarchie avec le hashtag #pasdevague

La professeur a donc décidé de dénoncer ce qu’elle considère comme «une sorte de harcèlement». «C’est pernicieux, ça mine. On croise des gens dans la rue, des élèves, ça se transforme en moqueries», raconte-t-elle à France Bleu Occitanie.

« Si les jeunes deviennent ça, comment on peut continuer sereinement un métier ? »Hélène, enseignante au collège Pierre-Darasse à Caussade (Tarn-et-Garonne)

«On a beau dire que ce sont des enfants (…) pour moi, c’est malveillant»

L’enseignante, tout juste arrivée dans ce collège depuis la rentrée 2018 explique son désarroi: «Ces derniers temps, je me suis dit si c’est comme ça, si les jeunes deviennent ça, comment on peut continuer sereinement un métier? Ce qu’ils ont fait là, ça dépasse tellement la ligne rouge, ça détruit toute confiance. Quand on reprend les cours, on a plus de confiance», argumente-t-elle sur France Bleu Occitanie.

Pour elle, le fait que ces élèves soient encore jeunes ne les excuse en rien. «On a beau dire que ce sont des enfants, mais pour moi c’est malveillant. Je ne comprends pas comment on peut ne pas comprendre que ce soit violent et que ça fasse mal. Ils ont 14 ans, ce ne sont pas des gamins de trois ans à qui on apprend l’empathie. L’empathie, ça s’apprend en maternelle», explique-t-elle sur le site de la radio locale.

Un élève a été exclu définitivement

L’enseignante, qui doit encore passer plusieurs rendez-vous médicaux dans la semaine, souhaite reprendre les cours rapidement. En tout, sur les quatre élèves mis en cause dans cette affaire, l’un d’eux a été exclu définitivement. Deux autres ont été temporairement renvoyés du collège.

Les élèves concernés seront entendus prochainement dans le cadre de la procédure judiciaire en cours. L’équipe enseignante, quant à elle, sera entendue mercredi par le directeur académique du rectorat de l’académie de Toulouse.


À VOIR AUSSI – Violences des jeunes: le gouvernement est-il assez sévère?

Violences des jeunes : le gouvernement est-il assez sévère ? – Regarder sur Figaro Live

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/des-eleves-prennent-des-photos-sous-la-jupe-de-leur-prof-l-enseignante-porte-plainte_b24f4486-1290-11e9-aaae-c83fe80d860c/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O