L’industrie du futur cherche des ingénieurs hommes-orchestres

A l’Eigsi de La Rochelle, la dominante « entreprise du futur » propose une approche « globalisante », intégrant aussi bien la cyber-sécurité que les plates-formes collaboratives ou le cloud… D’autres thématiques, comme l’Internet des objets, l’impression 3D ou le big data, ont été étoffées.

Piloter les usines, mais aussi les concevoir et les construire… C’est, traditionnellement, l’une des principales missions de l’ingénieur. Or, cette mission connaît un bouleversement majeur avec l’émergence de « l’industrie du futur » – beaucoup y voient même une « nouvelle révolution industrielle ».

Le concept, apparu il y a une dizaine d’années, repose sur un concentré de technologies récentes et d’innovations (intelligence artificielle, robotique, réalité augmentée…), doublé d’un mode d’organisation en rupture. De quoi tout bousculer : le fonctionnement même de l’usine, les relations entre ses parties prenantes, son modèle économique ainsi que le clivage entre produits et services.

L’usine, évolutive et interconnectée

Ce qui caractérise cette usine d’un nouveau type ? D’abord son extrême agilité. Elle doit être évolutive, s’adapter à différents aléas (techniques, financiers…), épouser les dernières innovations. « Les machines-outils sont souvent dévolues à plusieurs tâches, et sont aisément reconfigurées », note ainsi Xavier Lorca, directeur du centre de génie industriel de l’IMT Mines d’Albi-Carmaux. Ensuite, tout est interconnecté : l’usine est reliée au concepteur, à ses fournisseurs, ses clients… Ce qui permet notamment de personnaliser les produits. Dans ce contexte, la gestion des flux constitue une autre priorité.

Bien sûr, le numérique joue un rôle-clé. Collecte de données, intelligence artificielle, aide à la décision : tout le process industriel est assisté, complété et régi grâce aux data. Au point que certains parlent d’« usine 4.0 ». « Chaque usine possède un “jumeau numérique”, virtuel, constamment enrichi de nouvelles données, qui permet la simulation », explique Jacques Lamothe, directeur recherche-innovation à l’IMT Mines d’Albi-Carmaux.

Mais la technologie ne fait pas tout. La place de l’homme reste primordiale – comme le souligne un livre blanc intitulé « L’humain au cœur de l’industrie…

Source: https://www.lemonde.fr/concours/article/2018/11/09/l-industrie-du-futur-cherche-des-ingenieurs-hommes-orchestres_5381037_4617932.html
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O