Violence et éducation : la médiation, une piste pour l’avenir à Montpellier

Entre Manuela Carmena, maire de Madrid et son homologue de Montpellier, Philippe Saurel, l’entente est plus que cordiale. La rencontre organisée dans la capitale espagnole à l’occasion du Forum mondial sur les violences urbaines et l’éducation pour la cohabitation et la paix a donc été l’occasion de chaleureuses retrouvailles.

Après les échanges traditionnels de cadeaux, les deux élus ont pu discuter d’un point majeur que le premier édile souhaite développer au sein de la préfecture héraultaise : la médiation chez les plus jeunes.

80 à 90 % des violences se font à l’intérieur des familles

« C’est une initiative dont m’avait parlé la maire de Madrid et qui m’a beaucoup plu, explique Philippe Saurel. 80 à 90 % des violences se font à l’intérieur des familles. C’est essentiel de donner des clés aux enfants qui sont les citoyens de demain. » 

Sur Montpellier, depuis la rentrée, « la médiation vient compléter la base des savoirs, lire, écrire et compter, lors des temps périscolaires, dans les quartiers prioritaires, poursuit-il. Après, c’est un peu long à se mettre en place car nous manquons d’associations qualifiées pour aborder ce sujet. » 

À Madrid, la démarche porte ses fruits. À la demande des professeurs dans les écoles, des cours de médiation sont intégrés. Pour que, à terme, les enfants deviennent eux-mêmes de futurs médiateurs. Car la clé de voûte du projet est là : que l’enfant soit acteur. 

La violence n’est pas la solution pour régler un conflit

« À Madrid, grâce, peut-être, à la façon dont nous en avons fini la dictature, en récupérant sans violence notre liberté, cette partie de l’histoire a sans doute influencé l’opinion collective dans la cité, avance Manuela Carmena. Nous avons un très faible taux d’homicide par exemple (sept personnes tuées sur les six premiers mois de l’année pour une ville de trois millions d’habitants). Les gens nous disent clairement que la violence n’est pas la solution pour régler un conflit. » 

Dans cette optique, mettre la médiation en lien transversal avec le quotidien des citoyens, adultes ou enfants, est une véritable ambition madrilène. De quoi inspirer un peu plus Philippe Saurel ?

Source: https://www.midilibre.fr/2018/11/08/violence-et-education-la-mediation-une-piste-pour-lavenir-a-montpellier,4828681.php
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O