Mort à CentraleSupélec : « Pourtant il y avait un énorme dispositif de sécurité ce soir-là »

La famille d’Hugo, 21 ans, qui a trouvé la mort lors d’une soirée étudiante durant la nuit du vendredi 12 au samedi 13 octobre, a décidé de porter plainte contre son école, Centrale-Supélec.

Un drame terrible. Ce week-end, dans la nuit du 12 au 13 octobre, Hugo, étudiant à Centrale-Supélec à Gif-sur-Yvette (Essonne), une école d’ingénieurs, est mort en tombant du balcon de sa chambre, située au deuxième étage de sa résidence étudiante. Plus tôt dans la soirée, il avait enchaîné les pré-soirées dans les différents appartements du campus avant de se rendre à la grande soirée électro organisée dans les locaux de Centrale-Supélec. Son école accueillait 2500 étudiants ce soir-là.

Refusé à l’entrée de la soirée par les organisateurs en raison de son comportement – il titubait selon, plusieurs témoins – il est reconduit par ses colocataires dans son appartement. Plus tard dans la soirée, c’est le drame. Il ouvre la fenêtre et fait une chute de 7 mètres 50, à laquelle il ne survivra pas.

» LIRE AUSSI – Frédérique Vidal lance un plan pour éviter les dérapages en week-end d’intégration

Ses parents portent plainte contre l’école

Ce jeudi 18 octobre, RTL révèle que la famille d’Hugo porte plainte contre la prestigieuse école pour non-assistance à personne en danger. Le logement dans lequel était le jeune homme lorsqu’il est tombé appartient à l’école. Il se trouve à 200 mètres des bâtiments dans lesquels ont lieu les cours.

« De grandes mesures de sécurité sont prises sur le campus durant les soirées »Marie, étudiante à Centrale-Supélec

L’école a-t-elle tout fait pour éviter ce drame? Selon Marie*, étudiante à Centrale-Supélec qui était présente le jour du drame, «de grandes mesures de sécurité sont prises durant les soirées étudiantes à Centrale depuis la mort d’un étudiant en 2005, lors d’une fête. Selon elle, «il y avait énorme dispositif de sécurité ce soir-là». Comme tous les étudiants, la jeune femme est très affectée: «Nous sommes traumatisés. Tout était fait pourtant pour que cela ne se reproduise plus. Par exemple, des étudiants membres des l’organisation, forcément sobres, font des tours durant toute la soirée sur le campus. Ils sont là pour veiller à ce qu’il n’y ait pas d’accident. Et ils interrogent les jeunes qu’ils croisent pour leur demander s’ils vont bien.»

«Il était fatigué, il en avait marre parce qu’il y avait des soirées tous les soirs»

Sur RTL, le frère jumeau d’Hugo explique qu’il lui avait «confié qu’il était fatigué, qu’il en avait marre parce qu’il y avait des soirées tous les soirs». La famille du jeune homme souhaite que la mort d’Hugo soit utile et que l’école ainsi que les autres parents réagissent.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé jeudi avoir demandé une enquête administrative sur le décès du jeune homme. Elle a également ordonné l’interdiction de la consommation d’alcool sur le campus de CentraleSupélec.

Il y a quelques jours, la ministre avait lancé un plan pour éviter les dérapages lors des week-ends d’intégration. Sébastien Marret, le frère d’un étudiant mort l’an dernier pendant l’un d’eux, pointait notamment la responsabilité des écoles: «C’est beaucoup trop facile de rejeter la faute sur les étudiants», arguait-il.

* Le prénom de l‘étudiante a été changé afin de préserver son anonymat.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/mort-a-centralesuplelec-pourtant-il-y-avait-un-enorme-dispositif-de-securite-ce-soir-la-_19880d18-d2a4-11e8-81a3-d8f987bd6afe/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O