Une « Ode au viol» diffusée dans une école d’ingénieurs fait scandale

Une chanson paillarde d’une violence rare envers les femmes a profondément choqué des étudiantes brésiliennes en échange à l’Ensicaen, suscitant un «bad buzz» sur internet. La direction de l’école a aussitôt réagi.

Les paroles sont d’une violence inouïe. Elles incitent sous couvert d’humour au viol, à la pédophilie, à la violence et au machisme. Les étudiants de l’Ensicaen, une école d’ingénieurs, ont distribué en septembre un carnet de chants (bréviaire), où figurent des propos qui restent habituellement entre les murs de l’école. Des étudiantes brésiliennes, en échange à Caen, n’ont pas apprécié cet humour particulier, et sont venues se plaindre à la direction. Et vendredi 12 octobre, l’affaire s’est répandue sur Internet.

» LIRE AUSSI – Aux arts et métiers, l’affaire de bizutage par brûlures devant la commission disciplinaire

«Bois d’l’alcool pour que j’te viole»

«À trois ans, ça dit pas nan. À quatre ans, c’est consentant», «Bois d’l’alcool pour que j’te viole», «j’te défonce pendant que tu pionces», ou encore «j’vais devenir un ingénieur pour pouvoir niquer ta sœur». La grossièreté des paroles de ce «livret de chants» est à vomir. Le compte Instagram qui l’a publié, «tasjoui», explique qu’elles sont issues d’une «fiche chanson qui a été distribuée par des élèves de l’Ensi Caen […] aux élèves de première année.

«Vous trouvez normal qu’une ode au viol circule librement au sein de votre établissement ??»@Firewalk

«Baisse ta culotte c’est moi qui pilote»

L’époque où les chansons paillardes étaient une tradition dans les écoles d’ingénieurs semble terminée. «L’Ensicaen reçoit des étudiants étrangers en échange scolaire, peut-on encore lire dans la publication Instagram de «tasjoui», «aimée» plus de 3.600 fois. Et ces étudiantes brésiliennes en ingénierie n’ont pas du tout apprécié les traditions de l’école.

Sur Twitter aussi, les réactions ont été vives. «On s’étonne qu’il n’y ait pas assez de filles dans ces métiers», souligne par exemple @fatima_bent, quand @MottaisteJr n’hésite pas à parler d’«ode au viol». Quant à @Firewalk, il interpelle le maire de Caen, Joël Bruneau sur Twitter en publiant le chant en question intitulé «Baisse ta culotte c’est moi qui pilote»: «La honte absolue que de voir ce genre de texte à @ENSICAEN sans que la direction réagisse urgemment!! vous trouvez normal qu’une ode au viol circule librement au sein de votre établissement?? Très belle image pour la ville de @CaenOfficiel…»

«Vivre ensemble dans la joie et la bonne humeur»

Certains commentaires publiés sur Facebook ont également fait réagir le compte «Tasjoui». Comme celui de l’association d’anciens étudiants Memsicaen: «J’aurais été assez curieux de savoir ce qu’il serait advenu du petit français venu foutre le zbeul (le bazar, ndlr) dans 40 ans de tradition d’une université brésilienne», a écrit l’association en inversant l’histoire des Brésiliennes ayant dénoncé les propos des chansons. Avant de défendre «une culture collective» qui n’est «sûrement pas celle du viol mais celle du vivre ensemble dans la joie et la bonne humeur».

Le sujet a fait parler sur le compte @tasjoui

La direction de l’école a réagi rapidement

Face au scandale rendu public, dès le samedi 13 octobre, la direction de l’Ensicaen a envoyé un droit de réponse aux médias, où elle «réaffirme sa position contre la publication de propos outrageants dans un bréviaire lors de la rentrée 2018». «Après avoir été alertée par des étudiants étrangers, jeudi 6 septembre, de la diffusion d’un recueil de chansons pouvant porter atteinte à la dignité des personnes, contrairement à ce qui est annoncé sur les réseaux, la direction de l’Ensicaen a reçu ces étudiants le soir même. Dès le lendemain matin, une convocation officielle a été adressée aux responsables du Bureau des élèves, à l’initiative de la diffusion du bréviaire. Lors de l’entretien du lundi 10 septembre entre les représentants du Bureau des élèves, le directeur de l’école, la directrice des études et le directeur de la vie étudiante, les mesures suivantes ont été prises:

■Interdiction formelle de diffuser des textes pouvant porter atteinte à la dignité et au respect des personnes sous peine de sanctions disciplinaires.

■Diffusion d’un message électronique d’excuses adressé à l’ensemble des étudiants et des enseignants.

■Intervention dès le lundi 10 septembre de la direction des études en amphithéâtre devant les élèves.

■La direction a profité du conseil des études du 27 septembre 2018, pour rappeler fermement la gravité du contenu du bréviaire et les sanctions encourues.

La directrice des relations internationales a assuré un suivi régulier des étudiants internationaux offensés par les propos publiés dans le bréviaire depuis le 6 septembre dernier. Les étudiants qui ont pu être rencontrés le vendredi 12 octobre 2018, lui ont réitéré se sentir parfaitement intégrés et n’envisagent pas de quitter l’école, comme ils l’avaient déjà indiqué à la direction des études par courrier daté du 15 septembre».

Il n’est pas rare que les «vieilles traditions» d’écoles d’ingénieurs remontent à la surface lors des séminaires d’intégration. L’an dernier par exemple, une dizaine d’étudiants de deuxième année de l’Ensam avait infligé des brûlures à des premières années lors de la sempiternelle «période de transmission de valeurs, ce qui avait poussé l’école à supprimer ces périodes d’intégration.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/article/une-ode-au-viol-ecrite-par-des-etudiants-suscite-la-polemique-a-caen_ffc31d12-ce2c-11e8-896c-7d05c73a49da/
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O