Jean-Michel Blanquer à la rencontre de la jeunesse dans les Landes

Jean-Michel Blanquer à la rencontre de la jeunesse dans les Landes

Jean-Michel Blanquer et Geneviève Darrieussecq se sont rendus à Mont-de-Marsan pour rencontrer des jeunes engagés dans l’animation socioculturelle du quartier du Peyrouat. Ce quartier a récemment bénéficié d’un ambitieux programme de rénovation urbaine.

Jean-Michel Blanquer à la rencontre de la jeunesse dans les Landes

Le ministre et la secrétaire d’État se sont ensuite rendus à Soustons, au centre de vacances UCPA de Port d’Albret pour dialoguer avec des jeunes et participer à leurs différentes activités autour des sports nautiques et du sauvetage côtier.

À cette occasion, Jean-Michel Blanquer a salué le dynamisme des collectivités et des associations qui, avec le soutien du ministère de la jeunesse et de la vie associative, permettent des vacances heureuses pour les jeunes .

La journée s’est achevée à Saint-Vincent-de-Tyrosse avec de jeunes scouts en camp dans la région.

Source: http://www.jeunes.gouv.fr/actualites/actualites-interministerielles/article/jean-michel-blanquer-a-la
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

10 profils d’apprenti·e·s à découvrir – Apprenti·e, ça change la vie !

En partenariat avec la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, la chaîne régionale d’information Vià Occitanie a donné la parole aux apprentis. Accompagnés sur leurs lieux de travail, ils partagent leurs parcours de formation, leurs activités en compagnie de leurs tuteurs qui témoignent de leur réussite professionnelle.

Parce qu’être apprenti·e, ça change la vie

La formation en alternance par l’apprentissage est une voie parfaite pour concilier une formation théorique avec une expérience de terrain acquise au sein d’une entreprise.

L’apprentissage permet d’accéder à un grand nombre de métiers par des formations allant du CAP au diplôme d’ingénieur ! Nous vous proposons de découvrir ces 10 portraits d’apprenti·e·s, qui permettent de mieux comprendre les bénéfices à retirer en se formant en apprentissage.

BTP
Basile, 24 ans, qui a repris ses études pour devenir Ingénieur en conception et management de la construction.
Agriculture
Alex, 21 ans, qui effectue un BTS en production animales depuis 2015 et qui vous expose sa vision de l’apprentissage !
Bâtiment
Julien, 22 ans, Meilleur Apprenti de France, qui effectue un BP Menuisier Aluminium Verre.
Tourisme – Loisirs
Julie, 26 ans, qui passe un diplôme d’état de Monitrice de plongée !
BTP
Pitshou, 26 ans, qui acquière un savoir professionnel en passant un Bac pro Maintenance matériels de travaux publics et manutention en apprentissage
Création
Anaëlle, 21 ans, qui apprend le métier de Conceptrice d’animation 2D et qui souhaite devenir artiste 3D !
Restauration
Amarian, 19 ans, qui apprend le métier de Pâtissier !
Aéronautique
Swan, 21 ans, qui a passé plusieurs diplômes en apprentissage le conduisant à une embauche en CDI chez Airbus !
Transports
Tom, 19 ans, qui effectue un Bac Pro maintenance des véhicules et qui continuera de se former en septembre en effectuant son BTS
  Santé  
Lucas, 27 ans, qui se forme au métier de Masseur Kinésithérapeute

En savoir plus sur l’alternance et l’apprentissage

Découvrir le portail régional de l’Apprentissage en Occitanie

Source: https://www.meformerenregion.fr/general/10-profils-dapprenti%c2%b7e%c2%b7s-a-decouvrir-apprenti%c2%b7e-ca-change-la-vie.html
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

« Nous luttons contre le gaspillage de meubles et rendons service aux autres étudiants »

Au centre, Paul Célérier, à l’initiative de la création de Campus Market, sur le vélo-chariot qui sert au déménagement des meubles.

Témoignage. Paul Célérier, étudiant en dernière année à l’Ecole des hautes études d’ingénieur (HEI) à Lille, raconte comment, avec sa camarade Elsa Tossé, ils ont imaginé et lancé Campus Market, dont l’objectif est de récupérer et de revendre à bas prix des meubles d’étudiants qui quittent la ville.

« Nous sommes étudiants au sein de la première promotion spécialisation “Smart Cities”, c’est-à-dire sur l’aménagement urbain innovant qui cherche à répondre, entre autres, aux besoins environnementaux. Nous avions envie d’entreprendre après nos études, en faisant quelque chose d’utile pour la planète. On a d’abord pensé à un simulateur de rentabilité de panneaux solaires, avant de se rendre compte que cela existait déjà. Mais ça nous a encouragés à continuer de chercher.

Fin novembre, Elsa a assisté dans notre université à une conférence sur le principe du zéro déchet, dont elle est ressortie très enthousiasmée. On a commencé à se demander comment lutter contre le gaspillage et la surconsommation.

C’est là qu’on a pensé aux étudiants qui ne savent pas quoi faire de leurs meubles quand ils quittent le campus : avec les examens et les stages, ils n’ont souvent pas le temps de les vendre et beaucoup de choses finissent dans la rue. En septembre, en revanche, des milliers d’étudiants arrivent et ont besoin d’équiper leurs appartements, à petit budget et sans voiture. Nous avons eu l’idée de collecter les meubles des étudiants qui s’en vont à vélos-chariots, de les stocker pendant l’été pour les revendre à bas prix en septembre, lors d’un grand événement de rentrée.

Deux vélos-chariots

Nous en avons parlé à des responsables de l’université catholique de Lille, dont dépend notre école, qui nous ont dit que les dépôts sauvages de meubles d’étudiants étaient un vrai problème : en une seule semaine de mars 2017, 170 dépôts sauvages ont été constatés dans notre quartier universitaire de Vauban. Ils génèrent des plaintes des habitants, mais aussi des coûts de ramassage et de recyclage élevés pour les pouvoirs publics. La mairie de Lille, ainsi que la directrice d’Emmaüs Lille nous ont confirmé le manque d’alternatives pour les étudiants.

Nous avons rapidement trouvé nos premiers partenaires financiers (…) et l’association a été rejointe par huit bénévoles

La semaine d’après, nous rencontrions Enactus, une ONG internationale qui propose aux étudiants de les accompagner dans leurs projets d’entrepreneuriat social. Grâce à elle, nous avons rapidement trouvé nos premiers partenaires financiers pour mettre en œuvre le projet (la Fondation Vinci pour la Cité et la Métropole européenne de Lille). L’association a été créée en janvier, et a vite été rejointe par huit bénévoles, des étudiants issus d’autres formations ou écoles qui avaient été sensibles à notre projet. Nous avons pu acheter nos deux premiers vélos-chariots, et imprimer des affiches pour faire connaître l’association. La Fédération des étudiants de l’université catholique de Lille nous a prêté un local de stockage.

On a été très surpris du succès rencontré, parce qu’on n’avait pas eu beaucoup de temps pour communiquer : on a eu 25 demandes dès la première semaine de lancement, fin avril. C’est d’autant plus simple que la prise de rendez-vous s’effectue via un chatbot sur notre page Facebook.

Prochaine étape, une deuxième ville

Les étudiants donnaient souvent quatre ou cinq meubles d’un coup, et la plupart étaient en très bon état. Ils étaient contents de donner, que cela serve à d’autres, et de ne pas les mettre dans la rue. On a récolté tellement de meubles qu’on a organisé une petite vente pour désengorger le local. La « vraie » est prévue toute la semaine du 6 septembre, en extérieur, sous un chapiteau. L’idée, c’est aussi de proposer une fête de rentrée autour de l’économie circulaire, en présentant d’autres initiatives du genre. On a fixé les prix des meubles sur la fourchette basse du marché d’occasion : une chaise coûtera 5 euros, un canapé 50 euros, etc.

L’université catholique de Lille tient à nous aider pour trouver un lieu pour la rentrée, un espace de vente ; on voudrait aussi créer un café solidaire pour rassembler les étudiants autour de projets du même type.

On va se lancer cet été à Roubaix, qui compte 11 000 étudiants

Nous avons reçu des prix des Fondations Deloitte, Veolia et Famae, ainsi qu’un autre qui va nous permettre d’aller à la World Cup Enactus, dans la Silicon Valley. C’est une énorme reconnaissance, qui nous permet de voir plus grand et plus loin, grâce à des fonds supplémentaires : on va se lancer cet été à Roubaix, qui compte 11 000 étudiants. La ville nous a mis en contact avec un particulier qui nous prête un local jusqu’à fin septembre.

Elsa et moi sommes sur le point de partir en stage de fin d’études, on a donc passé la main à une nouvelle présidente, mais nous l’accompagnerons à la rentrée. On aimerait, à terme, créer un emploi pour faire grandir le projet, et, une fois bien installé à Lille et à Roubaix, le dupliquer dans d’autres villes universitaires, et, qui sait, peut-être créer une fédération Campus Market. »

Source: https://www.lemonde.fr/campus/article/2018/07/20/nous-luttons-contre-le-gaspillage-de-meubles-et-rendons-service-aux-autres-etudiants_5334094_4401467.html
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

Un site emploi pour travailler dans la filière Montagne en Auvergne-Rhône-Alpes

Vous recherchez un emploi en CDD ou en CDI dans la filière montagne ? Emploi-montagne.com permet à toutes celles et ceux qui le souhaitent de trouver un emploi dans les activités de la montagne. Pratique, il propose une grandes variété de métiers dans cette filière en région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

La montagne, pas seulement des emplois saisonniers

A l’occasion de la JITE (journée des initiatives territoriales) organisée le 3 juillet dernier à Paris, Cluster Montagne a présenté Emploi-montagne.com, un site d’emploi spécifiquement dédié aux métiers de la montagne.

Depuis son lancement, le site propose déjà plus de 1 000 offres d’emploi en CDD et CDI. Trouver un emploi durable dans la montagne, c’est possible ! Avec l’allongement de la saison en hiver et une offre de service de plus en plus attractive en été, les entreprises recrutent aussi des salariés en CDI permettant de maintenir l’activité tout au long de l’année.

  • Pour trouver une offre d’emploi dans la filière montagne, rendez-vous sur le site emploi-montagne.com, rubrique Les offres.

La montagne offre une grande diversité de métiers

Au-delà des offres d’emploi, ce Job board permet de connaître les activités, les métiers et les formations possibles de la filière montagne. Les entreprises du secteur ne recherchent pas uniquement des salariés pour accueillir des touristes, elles ont besoin d’architectes, d’ingénieurs, de géotechniciens, de chefs de chantiers, de techniciens, mais aussi de communicants et de commerciaux.

Quatre activités structurent la filière montagne :

  • Etudes et conception d’une installation : architecte, géomètre, ingénieur…
  • Fabrication, installation et maintenance des infrastructures : éléctrotechnicien, technicien de maintenance…
  • Exploitation des domaines skiables : pisteur secouriste, directeur d’exploitation, conducteur d’engin de damage…
  • Gestion et développement des activités de montagne : informaticien, ingénieur de vente, consultant marketing…

Le tourisme d’hiver : en enjeu économique pour la région Auvergne-Rhône-Alpes

Le site Emploi-montagne.com a été cofinancé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dont 80 % du territoire est en zone montagne. Pour la région, le tourisme est un enjeu économique non négligeable, il représente 3,4 % de la richesse dégagée par l’économie régionale. Selon l’Insee, le département le plus touristique en termes de richesse produite est la Savoie principalement grâce à l’activité des téléphériques et des remontées mécaniques. La montagne reste donc une activité qui a le vent en poupe dans la région, des opportunités sont à saisir pour les passionnés de sports de glisse.


En savoir plus

Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle

CAMINA utilise la méthode MENTAL’O

10 000 nouvelles places créées dans l’enseignement supérieur

Au cœur du Plan Étudiants figure une ambition : celle de garantir une place dans l’enseignement supérieur à chaque candidat qui souhaite poursuivre des études. Le 25 avril, le Premier ministre et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont reçu la Conférence des Présidents d’Universités, pour tirer un bilan d’étape de Parcoursup. A cette occasion, ils ont pris un engagement fort : ne pas reproduire les erreurs du passé, en anticipant la démographie et en développant l’offre de formation dans les cursus plébiscités – et ce dans la durée. S’il y a plus de places que de futurs étudiants, la principale préoccupation consiste à faire mieux coïncider l’offre de formation et la demande des candidats. 

A cette fin, 21 000 places supplémentaires ont d’ores et déjà été créées pour la rentrée étudiante 2018, dont 17 000 à l’Université et 4 000 en B.T.S.. Afin de poursuivre et de rendre pérenne cet investissement massif en faveur de la réussite des étudiants, le Gouvernement s’engage aujourd’hui à créer 10 000 places supplémentaires dans les formations les plus demandées, sur l’ensemble du territoire. Au total, le Gouvernement aura ainsi créé plus de 30 000 places dans l’enseignement supérieur dès la prochaine rentrée. Ces places seront identifiées et financées grâce au dialogue noué par le ministère et les académies avec les établissements d’enseignement supérieur.

Frédérique Vidal tient à saluer l’engagement de l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur, qui œuvre quotidiennement pour un meilleur accueil et une meilleure réussite des étudiants. Après plusieurs années de gestion au fil de l’eau, la ministre se félicite que des engagements durables soient enfin pris pour anticiper et accompagner la hausse de la démographie étudiante. De plus, la mise en place du Plan Etudiants permettra à chaque étudiant d’être mieux informé, mieux accompagné et de s’épanouir dans le cadre de ses études.  

Carte places supplémentaires ens sup

Source: http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132500/10-000-nouvelles-places-creees-dans-l-enseignement-superieur.html
Dans l’Hérault, CAMINA vous guide dans votre orientation scolaire, universitaire et professionnelle
CAMINA utilise la méthode MENTAL’O